Christophe Beraet

Peintre

Cette artiste est recommandée par les Editions Patou sous la direction du critique d’art Francis Parent.

Découvrez Christophe Beraet

Biographie de Christophe Beraet

Christophe Beraet est né le 2 Décembre 1968 à Nice. Descendant de familles dʼorigine britannique et italienne. Enfant unique et solitaire, il se tourne très vite vers le dessin, non pas comme un moyen dʼillustration mais comme un moyen dʼexpression de ce quʼil lui est impossible de dire avec les mots. Il grandit aux côtés de sa mère et de sa grand-mère, couturières de profession, ce qui lui donne lʼenvie de devenir styliste. Mais les choses nʼont pas évoluées dans cette direction. On lʼinscrit par défaut à 15 ans dans un cursus de Tapissier dʼameublement-décoration. Très tôt, il vit une problématique de genre avec une orientation bisexuelle qui va influencer plus tard sa démarche artistique.

Sans suivre de cours dʼart, Christophe Beraet commence à peindre à lʼencre et à lʼaquarelle à 30 ans (peinture chinoise). En 2003, sur le chemin de la Poésie et de la Calligraphie quʼil pratique depuis lʼâge de 25 ans, il rencontre Ling Hsu, une artiste calligraphe chinoise installée à Nice. Il va se perfectionner, et cʼest de cette époque quʼil va garder définitivement le goût de la fluidité de la matière et de la finesse du trait, qui va déterminer son style. Finalement, il sʼoriente après 2005 vers une conception plus européenne de lʼart pictural,
en grande partie liées à lʼinfluence de la peinture du XXe siècle de style expressionniste. Des artistes comme Bacon, Munch, Mossa, Kossoff, Kirchner, Chagall, Kokoschka, Modigliani, Hundertwasser, lʼont probablement amené à une réflexion sensible et singulière de lʼart.

Prix et distinctions
2018 Membre de la Société des Artistes Français, Paris (Médaille de bronze 2015)
2018 Prix Nicolas Cizeron (décerné par la SAF Paris à un peintre français expressionniste)
2015 Prix du Jury de l’Aiap-Unesco-Monaco
2015 Prix de la Commission Nationale Monégasque, Monaco

Présentation de Christophe Beraet

Lorsqu’on passe en revue les oeuvres de Christophe Beraet, on peut observer que le dessin tient une place prépondérante, faisant office d’ossature dans toutes ses compositions. Il utilise l’encre, le fusain, la pierre noire indifféremment. Dans un second temps, il applique la couleur : huile, acrylique ou gouache, qu’il fabrique lui même à partir de pigments soigneusement sélectionnés. Les thèmes constants de son travail sont l’enfance, l’isolement, la famille, la douleur de l’individu, l’androgynie, le dédoublement de la personnalité. Les personnages, seuls ou enduplicité, se retrouvent souvent en situation confinée dans un environnement cloisonné, mais où résident toujours des passages, symbolisés par des carrés noirs qui ouvrent à une autre dimension. Les créations de Christophe Beraet se complexifient grâce à ses expérimentations sur le corps- empreinte hybridé au dessin dans une démarche d’utopie corporelle.

«C’est avec l’esprit volontairement vide, en dialoguant avec l’espace vierge et calme de la toile, que Chris Beraet donne naissance à des oeuvres complexes et tumultueuses qu’il réalise sans autre intention que celle de se laisser surprendre par le surgissement des images. « Je peins pour moi-même », dit-il, « pour voir des images que je ne verrais pas autrement ». De cet espace-temps presque sacralisé, dédié à l’acte pictural, émergent des images mouvementées et troublantes qui questionnent et repoussent sans cesse leurs propres limites formelles, spatiales, techniques, figuratives, en une sorte de mise en abyme. »

Prune Kantor Professeure d’Arts-Plastiques, Critique d’Art – Paris, Juin 2018

Le mot du Critique d’Art

L’artiste-peintre Christophe Beraet nous plonge dans une architecture intérieure dans laquelle des corps sont installés. Par l’agencement de fonds colorés, l’artiste fait distinguer le coin, le sol ou encore le plafond de différentes pièces. Dans la plupart du temps, cette architecture est dénuée de fenêtre et de porte, dressant ainsi une mise en scène en encaissement. Celle-ci vient enfermer les protagonistes dans des geôles qui s’apparentent aux pièces d’une maison. Christophe Beraet va accentuer avec justesse et sensibilité l’isolement dans lequel ses personnages se situe. La présence de lignes d’une part sinueuses et d’autre part droites, mettent en cage ces corps et viennent accentuer le travail de matière réalisé par le peintre. On reconnaît de suite l’influence de la peinture de Francis Bacon sous le pinceau de l’artiste. Finalement Christophe Beraet vient réactualiser la notion de scénographie picturale et la repense à l’aide d’une géométrie du corps.

Editions Patou

Aucun résultat pour cette recherche

{{ artiste.name }}

{{ artiste.job }}

Artistes, vous souhaitez apparaître ici ?

Vous souhaitez afficher sur Critic Art ? Mettre en vente vos œuvres et toucher un large public d’amateurs d’art ?

Cliquez ici pour plus d'informations !