Evelyne Huet

Peintre

Cette artiste est recommandée par le critique Christian Noorbergen.

Découvrez Evelyne Huet

Présentation d’Evelyne Huet

Biographie

Je suis mathématicienne de formation, discipline que j’ai choisie pour sa dimension infiniment onirique et que j’ai enseignée pendant de nombreuses années à l’université. Parallèlement, j’ai fréquenté l’Académie de la Grande Chaumière où j’ai suivi l’enseignement du peintre René ARTOZOUL. J’ai également étudié l’anthropologie.

Après avoir longtemps peint sur toiles le courage des femmes et des petites filles, je suis passée en 2013 à la peinture digitale et à d’autres sources d’inspiration telles que les pulsions, les combats et les carnages des humains, la folie, l’enfermement, les mythes et les religions.

Membre du groupe d’artistes internationaux OpenArtCode dont le siège est à Florence, j’expose régulièrement en France et à l’étranger depuis 2007.

 

 

Le travail d’Evelyne Huet

Aussi loin qu’il m’en souvienne, j’ai toujours peint des humains. Souvent un seul à la fois, et seulement le visage, en simplifiant à l’extrême leur représentation pour donner à imaginer la genèse de leurs émotions de l’instant.

Mes thématiques recouvrent le spectre de la comédie humaine universelle, avec ses bonheurs, ses tourments, son recours aux mythes et aux religions, ses combats, ses carnages. S’y ajoutent des « figures », toutes majeures à mes yeux, pour ce qu’elles disent de notre histoire collective ou de ma propre histoire.

Je peins sur support digital, au doigt et sans stylet. Mes créations sont ensuite imprimées (édition limitée à 3 tirages), avec finition selon le procédé Diasec  Plexi/Plexi qui garantit la « Qualité Musée ».

 

Le mot du Critique d’Art

 

Quand chaque visage est une immensité

 Les portraits imaginaires/imaginants d’Evelyne Huet, d’une incroyable proximité, envahissent l’espace et sidèrent le regard. On dirait des masques d’humanité surgis de tous les temps, miraculeusement venus de tous les mondes connus, et nés des cultures d’hier et d’aujourd’hui. On dirait des effigies travaillées de l’intérieur par les arts d’Asie, d’Océanie ou d’Afrique. On dirait des faces d’une vérité ultime encore à venir. Mais davantage encore, ces portraits et ces corps inventés disent l’humaine et secrète présence de la plus haute altérité. En règne d’incandescence.

Des labyrinthes de signes font sacrale apparition, et des couleurs de plénitude, tendues et décalées, envoûtent l’étendue, quand l’étendue elle-même n’est plus qu’une tête infinie, et pour toujours enfin habitable… Chaque visage est une île. Chaque visage est une immensité. Visage de nul oubli. Impensable figure, pure et palpable, du dedans-dehors.

S’il y a rudesse de l’impact d’effets d’art superbement décantés, il y a aussi tendresse et compassion pour les fragiles et les précaires, omniprésents, et dur combat contre les pantins mauvais du monde, très souvent en ligne de mire. L’art engagé d’Evelyne Huet ose être un art picturalement agissant. L’exorcisme couve, insidieux et latent, sous les élans maîtrisés de cette chromatique aiguë, surprenante et dépouillée. Evelyne Huet vit au cœur d’un temps sans frontière. Voyageuse et discrète, elle n’a que faire des séductions de la modernité. Sa création n’est pas faite d’images passantes, factices, et séduisantes, mais elle impose ses formidables arrêts d’image, intemporels et prodigieux. Une immobilité magique illumine chacune de ses œuvres. Son art est “chargé“, comme pourrait l’être un talisman intemporel.

Infinis sont les passages au pays des grands visages…

Christian Noorbergen

 

Christian Noorbergen

Critique d'Art